Recensement des forages d’eau

Législation

En application du Code Minier (article L411-1), le BRGM assure pour le compte de la DREAL la mission de stockage dans la Banque de données du Sous-Sol (BSS) des ouvrages souterrains d’une profondeur supérieure à 10 m. Fin 2013, environ 42 000 ouvrages sont ainsi déclarés au BRGM Bretagne et renseignés dans la BSS. Chaque ouvrage est identifié par un code BSS unique.

Le formulaire de déclaration préalable des travaux souterrains au titre du code minier est téléchargable sur le site de la DREAL Bretagne.

Forages d’eau

Sur ces 42 000 ouvrage recensés en BSS, près de 30 000 sont des points d’eau (dont 91% de forages, 7% de puits, 1% de sources et 0,1% de drains). Les Usages de l’eau souterraine sont variés.

Code BSS

Le code BSS est obtenu par concaténation d’un indice BSS (10 caractères obligatoires) et d’une désignation BSS (de 1 à 6 caractères), séparés par le caractère « / » :

  • l’indice BSS est établi selon le principe du positionnement du point sur les cartes géologiques de la France (découpage IGN, numérotation BRGM) et se structure de la manière suivante :
  • les quatre premiers chiffres de l’indice désignent le numéro BRGM de la carte géologique au 1/50 000e sur laquelle le point d’eau   est situé,
  • les deux caractères suivants (un chiffre, suivi d’un « X ») indiquent le huitième de carte où est localisé le point d’eau  ,
  • les quatre derniers chiffres correspondent à une numérotation chronologique des dossiers par ordre d’entrée dans la Banque du Sous-Sol.

code BSS

  • la désignation BSS, information complémentaire sur le point d’eau  , est séparée de l’indice BSS par un « / » ; il s’agit de lettre(s) ou de chiffre(s) : F, FORAGE, P, PUITS, P1, …

Données disponibles en BSS

Les données concernant ces forages sont les suivantes :

  • code BSS du forage,
  • commune d’emplacement,
  • date de réalisation,
  • entreprise réalisant le forage,
  • coordonnées en Lambert 2 étendu et altitude du forage,
  • débit instantané mesuré en fin de foration,
  • profondeur atteinte,
  • diamètre de l’ouvrage,
  • géologie rencontrée (coupe),
  • niveau piézométrique  ,
  • niveau de la première arrivée d’eau.

Consultation des données

Ces données sont mises à la disposition du public sur le site internet Infoterre du BRGM. Les informations données sur les ouvrages en BSS sont renseignées uniquement à la création de l’ouvrage mais ne sont pas actualisées au cours de la vie de l’ouvrage (type d’exploitation, activité, état…). Chaque ouvrage est alors identifié par un code BSS unique.

Déclaration des forages

GESFOR

Pour faciliter la déclaration des ouvrages souterrains, le BRGM met à disposition des professionnels (foreurs, bureaux d’études, maîtres d’ouvrages, …), un outil de collecte et de gestion des informations sur les forages, intitulé « GesFor ». Ce logiciel gratuit, téléchargeable sur le site du BRGM, permet de stocker les caractéristiques des travaux notamment les coupes techniques et géologiques des ouvrages, les données des essais de pompage et d’exporter rapidement le dossier dans la BSS.

Evolution des déclarations

Depuis l’introduction du marteau fond de trou sur le marché en 1974 (méthode de foration permettant l’accès à l’eau souterraine en domaine de socle  ), le sous-sol breton a perdu sa réputation d’imperméabilité. Les 36 000 forages déclarés en Bretagne sont bien répartis sur l’ensemble du territoire et attestent de la présence d’eaux souterraines  , comme l’illustre la carte suivante, représentant 12 100 forages d’eau issus d’une extraction de la BSS entre 1995 et 2007 dans le cadre du programme SILURES.

Les forages d'eau en Bretagne - 1997-2005 (programme SILURES)"
Les forages d’eau en Bretagne - 1997-2005 (programme SILURES)

De 1973 à 2013, plus de 42 000 ouvrages ont été déclarés (une déclaration peut correspondre à la réalisation de plusieurs ouvrages) et le BRGM Bretagne reçoit actuellement environ 1100 déclarations par an.

Evolution des déclarations de forages en Bretagne (1973-2013)"
Evolution des déclarations de forages en Bretagne (1973-2013)

Depuis 2002-2003, un grand nombre de forages sont réalisés pour de la géothermie très basse température sans pompage (voir barres rouges sur le graphique précédent).

Revenir en haut